Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DE LA 1ère LETTRE DE JEAN :


1 Jean 1

1.1 Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, -
1.2 car la vie a été manifestée, et nous l'avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, -
1.3 ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ.
1.4 Et nous écrivons ces choses, afin que notre joie soit parfaite.


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

La 1ère Lettre de Jean est moins une lettre qu'une exhortation à des chrétiens appartenant à une communauté de type "Johannique", parmi ces communautés créées et vivant dans la tradition du "disciple que Jésus aimait", lui-même source de l'Evangile de Jean.

Aucun auteur ne se présente personnellement dans cette lettre. Celui qui écrit parle en représentant qualifié d'un groupe de témoins de l'authentique tradition Johannique (1 Jean, 1, 4).

Cette exhortation met en garde la communauté contre les options de membres dissidents, auxquels on reproche de ne pas observer le commandement de l'amour, d'être des trompeurs et des Antichrists, de ne pas reconnaître Jésus Christ "venu dans la chair".

Les 2 autres Lettres dites de Jean, viennent de quelqu'un qui appartient au même groupe de témoins, mais pas nécessairement du même écrivain, et ne sont que de petits billets dont l'auteur se présente comme "l'Ancien".

Bien qu'émanant d'écrivains, semble-t-il, différents, les Lettres de Jean sont issues du même tissu communautaire que I'Evangile, tout en traduisant des situations différentes, à I'intérieur de la communauté "Johannique".

En effet, si I'Evangile semble avoir été écrit, face au défi de certains milieux, Juifs ou non Juifs, qui rejetaient la préexistence de Jésus comme Verbe de Dieu, et son envoi par le Père, les Epîtres nous décrivent une fracture qui se développe à l'intérieur de la communauté.

L'Evangile de Jean étant supposé écrit vers l'an 90, les lettres auraient été composées autour de l'an 100, mais antérieurement aux Lettres d'Ignace d'Antioche, qui, vers l'an 110, font état de communautés rassemblées autour d'un Evêque bien défini, ce qui n'était pas le cas de ces communautés "Johanniques" de l'Evangile et des Lettres de Jean, dont le critère d'authenticité était la "parole reçue depuis le commencement", et où existaient des enseignants ou des anciens. L'Evangile de Jean fait de Jésus, et, après lui, du Paraclet, le seul qui dirige la communauté, mis à part cependant le chapitre 21, I'Epilogue, dans lequel il nous est dit que Jésus ressuscité transmet à Pierre la mission d'être "Ie berger de ses brebis", à la façon du Bon Pasteur, tel que Jésus s'était lui-même défini.

Après un Prologue (1, 1 - 4, notre page de ce jour), La 1ère Lettre, qui va être lue de façon continue dans notre temps de Noël, développe le thème de "Marcher dans la Lumière" (1, 5 - 2, 29), puis celui de "I'Amour comme ce qui distingue les enfants de Dieu" (3, 1 - 24), ensuite, de la nécessité d'aimer à la façon de Dieu, qui est "Amour", et de la nécessité de croire, nécessités qui se traduisent en commandements {4, 1 - 5, 12), avant la conclusion générale de 5, 13 - 21.


2. MESSAGE.

Ce Prologue (1, 1 - 4) renvoie au Prologue de l'Evangile de Jean (Jean, 1, 1 - 18), dans leqùel la Parole, le Verbe, qui existe de toute éternité en présence de Dieu, est la "Vie et la Lumière" du monde, qui se fait "chair" en Jésus Christ, transformant ceux qui le reçoivent en enfants de Dieu, et leur transférant la connaissance unique de Dieu, que seul le Verbe peut avoir.

Dans notre texte de cette 1ère Lettre, l'expression "depuis le commencement" renvoie à la Parole, qui est vie éternelle, transmise à la communauté par le témoignage concernant Jésus.

Cette rencontre du Verbe de Vie est transmise à la communauté par l'expérience, de caractère "physique", que les premiers témoins ont eue de Jésus, le Fils qui est source de vie éternelle (1 Jean, 5, 13) : en l'entendant, en le voyant, en le touchant.

Cette vie éternelle, c'est le Verbe qui "était avec Dieu", présenté ainsi dans le 1er verset du Prologue de l'Evangile, et qui s'est exprimé en Jésus qui s'est souvent, dans l'Evangile, affirmé comme celui qui dit de lui-même qu'il est "Je suis" {Jean, 11, 25 et 14, 6).

Le but de ce partage d'expérience, de ce témoignage, c'est de permettre une "communion fraternelle" entre l'auteur (et ceux au nom de qui il écrit, quand il dit "nous"), d'une part, et les destinataires de sa lettre-exhortation, d'autre part. De cette façon, le salut en Jésus Christ se transmet, car, par cette communion fraternelle "horizontale", on entre en communion "verticale" avec le Père et son Fils, Jésus Christ.


3. DECOUVERTES.

Cette "communion avec Dieu" est une relation réciproque entre Dieu et la communauté. L'Alliance entre Dieu et les disciples de Jésus se traduit par un "demeurer en l'autre", qui est réciproque.

Cependant, une telle communion n'est possible que par le Fils (1 Jean, 2, 23; 5, 12 et 20), et elle n'est pas automatiquement liée à la profession de foi en Jésus. Il y faut la médiation de la communion à la communauté de ceux qui ont transmis la tradition du mystère de Jésus depuis le commencement.

Le "témoignage" joue un rôle important comme base de la foi dans la tradition "Johannique". Dans notre passage, l'auteur parle au nom d'un groupe de témoins qui font autorité.

Cela ne veut pas dire qu'il ait lui-même personellement connu Jésus, mais il ne fait qu'un avec les gardiens de la tradition qui remonte à Jésus, via "le disciple que Jésus aimait", et qui transmet la Vie éternelle manifestée en Jésus, venu dans la chair (1 Jean, 4, 2).


4. PROLONGEMENT.

Nous somntes, nous, à notre tour, ceux qui ont reçu, et qui reçoivent chaque jour davantage, ce témoignage du mystère du Christ, en communication de la Parole de Dieu, qui est Vie éternelle auprès du Père, Lumière du monde, venue nous rejoindre en l'humanité de Jésus de Nazareth.

Qui a vu Jésus a vu le Père (Jean, 14, 9 - 12) a dit Jésus. Qui a lu ces témoignages sur Jésus de la tradition "Johannique" est associé intimement à l'expérience de ceux qui "ont vu et entendu", même si, pour nous, il s'agit désormais de croire sur parole, sans avoir vu, selon la bénédiction de Jésus ressuscité, en Jean, 20, 29.



Seigneur Jésus,
nous t'avons découvert en recevant le témoignage de ceux et celles
qui nous ont transmis la Bonne Nouvelle, qu'ils avaient eux-mêmes reçue,
de ta venue en ce monde, de ta mission, de ton engagement d'obéissance et de fidélité
jusqu'à la mort sur la croix, ainsi que de ta glorification définitive en ta résurection,
selon laquelle tu nous es à jamais proche et présent,
associé à ton Esprit que tu nous as donné et qui demeure en nous :
fais que j'intègre complètement ces témoignages de ton mystère,
que je m'en nourrisse en remontant aux paroles les plus proches de ton existence humaine
qui sont relatées dans les Ecritures du Nouveau Testament,
et que je me laisse ainsi transformer par ton action de salut,
que je dois rayonner à mesure qu'elle me configure toujours plus à toi. AMEN.
Tag(s) : #TEXTE LITURGIQUE DU JOUR et son Commentaire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :