Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DE L'EVANGILE DE MATTHIEU :


Matthieu 2

2.13 Lorsqu'ils (les Mages) furent partis, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et dit: Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Égypte, et restes-y jusqu'à ce que je te parle; car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire périr.
2.14 Joseph se leva, prit de nuit le petit enfant et sa mère, et se retira en Égypte.
2.15 Il y resta jusqu'à la mort d'Hérode, afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète: J'ai appelé mon fils hors d'Égypte.
2.16 Alors Hérode, voyant qu'il avait été joué par les mages, se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléhem et dans tout son territoire, selon la date dont il s'était soigneusement enquis auprès des mages.
2.17 Alors s'accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie, le prophète:
2.18 On a entendu des cris à Rama, Des pleurs et de grandes lamentations: Rachel pleure ses enfants, Et n'a pas voulu être consolée, Parce qu'ils ne sont plus.


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

L'Evangile de l'Enfance du Christ représente le morceau le plus important de la première partie de l'Evangile de Matthieu, qu'on peut intituler "Naissance et débuts", et qui, outre ces récits d'enfance, nous décrit la mise en route du ministère public de Jésus, suite à la prédication de Jean Baptiste, au baptême, et aux tentations de Jésus au désert (1, 1 - 4, 24).

Immédiatement après ce premier ensemble de textes, nous rencontrons le premier des 5 grands discours que Matthieu fait prononcer à Jésus, le "Sermon sur la Montagne" (4, 23 - 7, 24), ces 5 grands discours rythmant tout son Evangile dans la mesure où ils sont tous séparés les uns des autres par autant de récits nous rapportant des actions et autres propos de Jésus.

Dans l'Evangile de l'Enfance proprement dit (1, 1 - 2, 23), suite à une longue généalogie nous montrant que Joseph est bien le descendant de David (1, 1 - 17), suite à l'annonce par l'Ange du Seigneur au même Joseph qu'il doit adopter et nommer cet enfant conçu de l'Esprit Saint dans le sein de son épouse (1,18 - 25), mention nous est faite de la naissance de Jésus. Mais un nouvel épisode se déroule immédiatement sous nos yeux, le récit d'un "pélerinage" de quelques mages d'Orient, qui, arrivés à Jérusalem en recherche d'un roi des Juifs annoncé par une étoile, sont envoyés à Bethléem pour y trouver l'enfant Jésus, et lui offrir leurs hommages et leurs présents (2, 1 - 12).

Notre passage suit immédiatement cette visite des Mages.



2. MESSAGE.

Pour comprendre le message de notre page en ses 2 tableaux (la Fuite en Egypte et le Massacre des Innocents), il faurt se rappeler que, dans le récit précédent, lors du passage des Mages d'Orient à Jérusalem, le roi Hérode leur avait demandé de repasser le voir après leur visite à Bethléem, pour lui indiquer l'endroit exact où se trouvait l'enfant-roi qu'ils cherchaient (2, 8). Ce que les Mages ne firent pas, sur une invitation divine reçue en songe (2, 12).

La trame du récit de notre lecture de ce jour est bien conue : anticipant la réaction sauvage et meurtrière d' Hérode, l'Ange du Seigneur demande à Joseph de fuir en Egypte avec l'enfant Jésus et sa mère. Si bien que lorsqu'a lieu le massacre des enfants de Bethléem, ordonné par Hérode en sa fureur, Jésus se trouve hors d'atteinte, en Egypte, où il demeurera en sécurité jusqu'à la mort d'Hérode (2, 13 - 20).

Derrière cette trame de l'histoire que nous lisons, nous est transmis, à 2 reprises, un message prophétique très important, nous ouvrant au "mystère" de Jésus, et résumé en 2 citations de l'Ancien Testament, que Matthieu nous déclare accomplies.

D'abord la citation d'Osée, 11, 1 ("D'Egypte, j'ai appelé mon fils"), ce qui rappelle l'expérience de la sortie d'Egypte, l'Exode, au temps de Moïse. Le fils dont parle Osée, est le peuple d'Israël, le peuple de Dieu, ainsi libéré de la servitude Egyptienne.

Matthieu applique ici ce message prophétique à Jésus, en tant que personne individuelle, mais en qui s'inaugure une restauration de tout Israël dans une nouveauté radicale (lire à ce propos: Matthieu, 19, 28 et 21, 43). En Jésus enfant, l'histoire, le peuple, et la tradition d'Israël se concentrent.

Ainsi illustrée par Matthieu, la Fuite en Egypte de notre passage "symbolise" toute la mission de Jésus, venu réaliser un nouvel Exode libérateur pour tous ceux qui marcheront derrière lui, le Nouveau Moïse, face auquel le Moïse de l'Exode n'est finalement qu'une pâle figure.

Ensuite, dans l'épisode du massacre des enfants de Bethléem, si le comportement brutal d'Hérode correspond bien à ce que l'on connaît de son caractère, cette scène vient éclairer celle de la fuite en Egypte. Elle nous rappelle l'ordre donné par Pharaon, au temps de la naissance de Moïse, (Exode, 1, 16), de mettre à mort les nouveaux nés Hébreux de sexe masculin. Et, de même que Moïse a échappé au décret de Pharaon par l'astuce de sa mère et la bienveillance de la fille de Pharaon, Jésus, ici, échappe au massacre décrété par Hérode.

Que vient donc faire ici la citation de Jérémie 31, 15 (sur "Rachel qui pleure ses enfants") ? En Genèse, 35, 16 - 20, il nous raconté que Rachel pleure, non pas la mort de son fils, mais sa propre mort, qui l'atteint durant son accouchement. Le prophète Jérémie la fait pleurer le départ en exil des tribus de ses enfants, Joseph et Benjamin, tribus de l'Israël du Nord.

On s'est demandé si Matthieu, en citant ainsi Jérémie, dans un extrait de son chapitre sur l' Alliance Nouvelle (Jérémie, 31, 31 - 34), n'a pas voulu l'associer à .Jésus, le "Serviteur souffrant" de la Nouvelle Alliance (Matthieu, 26, 28). Et ce, d'autant plus, que Jérémie demeurait lié à la "fin des temps" et à l'arrivée du Messie, dans la mémoire d'Israël.


3. DECOUVERTES.

On a remarqué que la façon dont Matthieu nous raconte le départ de Joseph pour l'Egypte rappelle les "fuites " de Jacob (Genèse, 27, 43 - 45), de Lot (Genèse, 19, 15), de Moïse (Exode, 2, 15), ainsi que celle de Jéroboam, rapportée en 1 Rois, 11, 40.

La tradition situait le tombeau de Rachel à Bethléem : d'où le rapprochement que Matthieu fait entre le massacre des enfants et Rachel. Quant à Rama, l'autre nom de lieu cité dans la phrase de Jérémie reprise par Matthieu, c'était le lieu de rassemblement des déportés d'Israël, partant en exil (Jérémie, 40, 1).

Le retour d'Egypte de Joseph, l'enfant et sa Mère, rapporté dans l'épisode suivant de l'Evangile de l'Enfance de Matthieu, pourrait rappeler également le retour d'exil de Moïse, depuis le Sinaï vers l'Egypte, au livre de l'Exode (Exode, 4, 19 - 23).


4. PROLONGEMENT.

En filigrane, dans la mesure où le passage de Jésus par la mort, suivi de sa résurrection, peut être interprété comme son "Exode" (Luc, 9, 30 - 31), cette page de l'Evangile de l'Enfance anticipe bien cet événement, décisif et définitif, de l'Heure de Jésus, cet événement dans lequel culmine tout le plan du salut de Dieu :

Jésus, traversant indemne la persécution d'Hérode et "symbolisant", en même temps, la libération de la sortie d'Egypte, "symbolise" également sa traversée de la mort humaine et son entrée dans sa gloire de Ressuscité.

Toutes ces allusions font vraiment de Jésus le Nouveau Moïse, qui est l'image privilégiée que Matthieu reprend pour nous dire qui est Jésus, et que traduisent également les 5 grands discours de son Evangile, qui font figure des 5 livres de la Loi ou Torah.

Déjà, en notre passage, le Nouveau Moïse sort victorieux de la mort, où les autorités politiques et religieuses de son temps voulaient l'envoyer.



Seigneur Jésus,
cet épisode dramatique que l'Evangéliste nous présente en forme de méditation poétique,
nous permet d'approfondir en quoi consiste le salut de Dieu que tu nous proposes,
puisqu'en participant à nos situations humaines d'exclusions, de persécutions, de dangers et de fuites,
que nous te voyons vivre symboliquement au cours de ton enfance,
avant de les assumer pleinement dans ton engagement d'homme
obéissant à la volonté de Dieu en prenant tous les risques,
tu prends sur toi la grande aventure de la libération de tous nos esclavages,
tu annonces et rends possible notre passage vers un au-delà de vie éternelle dans la gloire même de Dieu :
aide-moi à comprendre que désormais mes cheminements humains
de joie ou de souffrance, de réussite ou de difficulté, sont,
en leur déroulemnt même durant lequel tu nous accompagnes dans la présence de ton Esprit,
le lieu d'une qualité de vie à ton image, et selon les valeurs de Lumière, d'amour et de Vérité,
dont Dieu fait part à ceux et celles qu'il traite comme ses enfants bien-aimés. AMEN.
Tag(s) : #TEXTE LITURGIQUE DU JOUR et son Commentaire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :