Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DE L'EVANGILE DE JEAN :


Jean 1

1.1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
1.2 Elle était au commencement avec Dieu.
1.3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle.
1.4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.
1.5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue.
1.6 Il y eut un homme envoyé de Dieu: son nom était Jean.
1.7 Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui
1.8 Il n'était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière.
1.9 Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme.
1.10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue.
1.11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue.
1.12 Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés,
1.13 non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu.
1.14 Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.
1.15 Jean lui a rendu témoignage, et s'est écrié: C'est celui dont j'ai dit: Celui qui vient après moi m'a précédé, car il était avant moi.
1.16 Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce;
1.17 car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.
1.18 Personne n'a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître.


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

Notre page constitue le Prologue de l'Evangile de Jean, qui, ensuite, va se diviser en 2 Livres, le Livre des "Signes" (1, 19 - 12, 50), et le Livre de la "Gloire" (13, 1 - 20, 31), avant de se terminer par un Epilogue, avec une seconde conclusion (21, 1 - 25).

Cet Evangile porte la signature du "disciple que Jésus aimait", qui en est la source d'infoirmation initiale, et dont l'identité demeure mystérieuse, encore que l'Apôtre Jean reste pour beaucoup celui qu'il faut identifier avec ce disciple "intime" de Jésus.

Ce disciple, fut, pense- t-on, le fondateur d'une communauté très particulière, très jalouse de sa tradition, et qui a connu un certain nombre de combats et de crises internes, dont nous avons des échos dans l'Evangile et les Lettres de Jean.


2. MESSAGE.

Le Verbe de Dieu est venu en ce monde partager notre existence humaine dans le cours de l'histoire. Tel est bien le message parfaitement clair qui nous est proposé dans ce Prologue.

Cependant, à y regarder de près, à constater la structure parallèle des phrases de cette page, à remarquer que le mot "Verbe", ou "Parole" ("Logos" en grec), ne se trouve pas, avec ce sens absolu, dans le reste de cet Evangile, tout cela nous conduit à la conclusion que ce Prologue est une "reprise", adaptée par l'auteur, d'une hymne plus ancienne.

Cette conclusion se trouve renforcée quand on s'interroge sur les interruptions que l'on rencontre dans cette hymne, pour nous parler de la mission de Jean Baptiste (versets 6 - 8 et 15), ainsi que par l'emploi de l'expression "les siens" dans "les siens ne l'ont pas reçu" (indiquant ceux qui l'ont rejeté), qui prend ici un sens opposé à celui que l'Evangéliste lui donne en 13, 1 lorsqu'il parle des "siens qu'il a aimés jusqu'au bout".

La tradition concernant Jésus que nous présente ce Prologue s'accorde bien avec la structure de cette hymne.

Cette hymne, en effet, rend hommage au Verbe de Dieu préexistant et à son activité dans la création du monde {1, 1 - 5 ), puis nous le situe dans son rôle de guide et d'illuminateur des hommes et des femmes que nous sommes (1, 9 -13), avant de nous annoncer son incarnation qui nous rend, tous et toutes, désormais capables d'avoir part à la plénitude que Dieu nous offre {1, 14 - 16).


3. DECOUVERTES.

Le "commencement" indiqué aux versets 1 et 2 renvoie au récit de la création du monde en Genèse 1,1, ainsi qu'aux traditions sur la Sagesse de Dieu, qui l'assiste lors de son oeuvre créatrice (Proverbes, 8, 30; Sagesse, 7, 25).

"La lumière brille dans les ténèbres", nous est-il écrit au verset 5. A cette lumlière s'opposent donc les ténèbres du refus de croire en Jésus (Jean, 8, 12; 3, 19; 12, 35 et 46). Sur la qualité insurpassable de cette lumière, on peut lire Sagesse, 7, 29 - 30.

Aux versets 6 à 8, il est question de Jean Baptiste, présenté comme un témoin. L'insertion de ces versets à cet endroit de l'hymne contribue à déplacer l'activité du Verbe dans l'histoire du monde en direction de son incarnation qui va être annoncée.

Nous apprenons qu"'A ceux qui l'ont reçu, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu" (verset 12). Cela rappelle, certes, le thème de la Sagesse qui habite le coeur des justes (Siracide, 1, 9 -10). Cependant, l'insistance est mise ici sur la manière de le recevoir, qui est la foi, et qui consiste à "croire en son Nom". Voir également Jean, 2, 23 et 3, 18.

A propos de l'affirmation nous concernant, si nous sommes des croyants : "ils sont nés de Dieu" (verset 13), l'Evangile nous précise, lors de son récit de la rencontre de Jésus avec le Pharisien Nicodème, que Jésus attribue cette nouvelle naissance à l'activité de l'Esprit {Jean, 3, 3 - 8).

Au verset 14, l'expression "Le verbe s'est fait chair" dépasse de beaucoup les images de l'Ancien Testament concernant la gloire et la sagesse de Dieu habitant avec Israël (Exode, 25, 8 - 9; Zacharie, 2, 10; Ezéchiel, 43, 7) Le "devenir chair" prend ici un sens très fort et très précis, celui de l'incarnation.

Au verset 14, quand il nous est dit: "nous avons vu sa gloire", la question se pose: qui a vu et de quelle gloire s'agit-il ? Ce "nous" indique certainement les témoins de la communauté de l'auteur de l'Evangile, celle du "disciple que Jésus aimait".

Cette gloire est celle de Dieu qui se révèle à travers les signes de Jésus (Jean, 2, 11), ainsi que dans son "Heure" de mort- résurrection (Jean, 13, 31 - 32). En Jean, 17, 5 et 24, Jésus, dans sa grande prière finale, à quelques heures de sa mort sur la croix, fait allusion à cette gloire "préexistante" qu'il partageait avec le Père.

Le mot "plénitude" du verset 16 ne figure qu'à cet endroit de l'Evangile de Jean, pour signifier très probablement la plénitude de la grâce et de la miséricorde de Dieu.

Et, au verset 17, le contraste entre Moïse et Jésus vient préciser le sens du verset 16, qui doit s'interpréter comme faisant allusion au remplacement par Jésus de l'ancienne révélation et de l'Ancienne Alliance de l'Ancien Testament.

Au verset 18, il nous est affirmé fortement que seul Jésus connaît Dieu, et ce, parce que sa relation au Père est unique. Cela nous est confirmé plus loin dans l'Evangile, en Jean, 6, 46 et 8, 56.


4. PROLONGEMENT.

Avec le Prologue de la Lettre ayx Hébreux (Hébreux; 1, 1 - 5), le texte du Prologue de la 1ère Lettre de Jean est vraiment proche du langage de cette page, qu'il reprend en 1 Jean, 1, 1 - 4.


Il existe cependant des affirmations très fortes concernant l'unité de Jésus avec Dieu dans quelques textes de Paul, ou attribués à lui, même s'ils sont plus tardifs :


Rm 9:5- et aussi les patriarches, et de qui le Christ est issu selon la chair, lequel est au-dessus de tout, Dieu béni éternellement! Amen. (Voir sur ce texte TOB, Romains, 9,5, note "rn").


Col 1:15- Il est l'Image du Dieu invisible, Premier-Né de toute créature,
Col 1:16- car c'est en lui qu'ont été créées toutes choses, dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, Trônes, Seigneuries, Principautés, Puissances; tout a été créé par lui et pour lui.
Col 1:17- Il est avant toutes choses et tout subsiste en lui.
Col 1:18- Et il est aussi la Tête du Corps, c'est-à-dire de l'Église: Il est le Principe, Premier- né d'entre les morts, il fallait qu'il obtînt en tout la primauté,
Col 1:19- car Dieu s'est plu à faire habiter en lui toute la Plénitude
Col 1:20- et par lui à réconcilier tous les êtres pour lui, aussi bien sur la terre que dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix.


Col 2:9- Car en lui habite corporellement toute la Plénitude de la Divinité,
Col 2:10- et vous vous trouvez en lui associés à sa plénitude, lui qui est la Tête de toute Principauté et de toute Puissance.


Mystère du Christ en Dieu, au delà de tout mystère, et que le mot "Emmanuel", "Dieu-avec- nous" (Matthieu, 1, 23) reprend très fortement pour traduire l'enjeu de l'incarnation, et de l'identité profonde de Jésus.




Seigneur Jésus,
Fils unique du Père dès avant tous les siècles, puisque Parole éternelle du Père,
par qui se sont réalisées toute la création initiale et la création nouvelle de notre rédemption,
tu es vraiment pour nous "Dieu avec nous", Noël - l'Emmanuel,
qui ne cesse de nous être présent, en ton mystère,
comme le Ressuscité qui nous donne l'Esprit de Dieu :
que je me laisse plusque jamais saisir par toi, afin de vivre de toi, par toi, en toi
en chaque instant de mes jours. AMEN.
Tag(s) : #TEXTE LITURGIQUE DU JOUR et son Commentaire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :