Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DU 1er LIVRE DE SAMUEL :


1 Samuel 1

1.20 Dans le cours de l'année, Anne devint enceinte, et elle enfanta un fils, qu'elle nomma Samuel, car, dit-elle, je l'ai demandé à l'Éternel.
1.21 Son mari Elkana monta ensuite avec toute sa maison, pour offrir à l'Éternel le sacrifice annuel, et pour accomplir son voeu.
1.22 Mais Anne ne monta point, et elle dit à son mari: Lorsque l'enfant sera sevré, je le mènerai, afin qu'il soit présenté devant l'Éternel et qu'il reste là pour toujours.
1.23 Elkana, son mari, lui dit: Fais ce qui te semblera bon, attends de l'avoir sevré. Veuille seulement l'Éternel accomplir sa parole! Et la femme resta et allaita son fils, jusqu'à ce qu'elle le sevrât.
1.24 Quand elle l'eut sevré, elle le fit monter avec elle, et prit trois taureaux, un épha de farine, et une outre de vin. Elle le mena dans la maison de l'Éternel à Silo: l'enfant était encore tout jeune.
1.25 Ils égorgèrent les taureaux, et ils conduisirent l'enfant à Éli.
1.26 Anne dit: Mon seigneur, pardon! aussi vrai que ton âme vit, mon seigneur, je suis cette femme qui me tenais ici près de toi pour prier l'Éternel.
1.27 C'était pour cet enfant que je priais, et l'Éternel a exaucé la prière que je lui adressais.
1.28 Aussi je veux le prêter à l'Éternel: il sera toute sa vie prêté à l'Éternel. Et ils se prosternèrent là devant l'Éternel.

1 Samuel 2

2.1 Anne pria, et dit: Mon coeur se réjouit en l'Éternel, Ma force a été relevée par l'Éternel; Ma bouche s'est ouverte contre mes ennemis, Car je me réjouis de ton secours...


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

D'abord lus comme un seul Livre dans les recueils de textes qui sont devenus la Bible Hébraïque, avant d'être divisés dans la traduction grecque des Septante (LXX : 3ème siècle avant JC), cet ensemble de récits a eu pour titre le nom de Samuel, bien que la seconde partie de cet ensemble, ou le second livre, ait pour thème central le personnage de David.

Avec les Livres de Josué, des Juges, et les 2 Livres des Rois, ces 2 Livres de Samuel appartiennent à la catégorie des "Premiers prophètes", selon la Bible Juive (voir Zacharie, 1, 4 et 7, 7), car l'on croyait dans le passé - ce qui n'est plus du tout le cas aujourd'hui - qu'ils avaient été écrits par des prophètes (Samuel et d'autres. Voir 1 Chroniques, 29, 29).

Le texte hébreu de ces récits est de qualité contestable, et l'on pense que des reconstitutions ont dû en être établies à partir de la version grecque des Septante.

Apparemment bien composés autour des trois grandes figures de Samuel, Saül et David, ces Livres de Samuel nous offrent néanmoins un certain nombre de doublés ou d'omissions qui posent question : c'est ainsi que le personnage de Samuel, à peine introduit, disparaît totalement entre les chapitres 3 à 7 de 1 Samuel, que deux interprétations différentes nous sont fournies de la mise en place de la monarchie en Israël, en 1 Samuel 8 - 11, selon que Dieu y est dit opposé ou favorable, que nous y lisons 2 comptes-rendus du rejet de Saül par Dieu (1 Samuel 13 et 15), de l'introduction de David à la cour de Saül (1 Samuel,16 et 17), du mariage de David avec la fille de Saül (1 Samuel, 18), du passage de David au service du roi de Gath (1 Samuel 21 et 27), ainsi que du refus de David de saisir l'occasion de tuer Saül (1 Samuel 24 et 26).

Si l'on a pu voir dans ces récits doublés des traditions qui semblaient se développer parallèlement de façon stable et continue, l'on s'accorde aujourd'hui à penser que ces Livres contiennent des récits narratifs d'origine indépendante qui y furent réunis par la suite, tels en particulier, les récits concernant l'Arche d'alliance, la fondation de la monarchie, l'ascension de David à la royauté, la succession de David.

Il semble bien que tous ces récits ont été réunis, puis insérés en un "corpus", appelé "les Premiers prophètes" où ils sont joints aux Livres de Josué, des Juges et des 1 et 2 Rois, à l'époque, et dans l'école des auteurs du Deutéronome, au 7ème siècle avant JC.

On ne peut nier que ces 2 Livres de Samuel conservent une perspective prophétique, liée à la figure de prophète et leader idéal de Samuel, qui, bien après l'introduction de la monarchie, demeure l'intercesseur, la référence et le garant de la fidélité à Yahvé-Dieu (qui par lui rejette Saül et choisit David).

Notons le plan de ces 2 Livres, vus ici comme une oeuvre unique :

- entrée en scène de Samuel (1 Samuel, 1,1 - 4, 1a)
- récits concernant l'Arche de Dkieu (1 Samuel, 4, 1b - 7, 1)
- institution et mise en place de la monarchie (1 Samuel, 7, 2 - 15, 35)
- Saül et David (1 Samuel, 16, 1 - 2 Samuel, 1, 27)
- le règne de David (2 Samuel, 2 - 8)
- histoire de la succession de David (2 Samuel, 9 - 21)
- appendices (2 Samuel, 21 - 24)


2. MESSAGE.

Action de grâces et fidélité d'une mère exaucée dans sa prière pour qu'une fin advienne à sa stérilité humiliante, prière qu'elle avait assortie d'une promesse, d'un voeu, que l'enfant qu'elle demandait serait consacré au Seigneur.

L'enfant est né, il est sevré, Anne, sa mère, tient parole, le présente donc au Seigneur, en le conduisant au prêtre gardien du sanctuaire de Dieu à Silo.

Cet enfant sera la grand prophète et leader Samuel, dernier des Juges et instaurateur de la royauté en Israël, sans pour autant se l'attribuer, et dont il apparaîtra tout au long des récits le concernant, qu'il a été mis à part et appelé par Dieu à travers la souffrance, et la prière confiante de sa mère.


3. DECOUVERTES.

Samuel, le dernier des Juges et l'homme qui va installer deux rois successifs, est d'emblée mis en scène comme un personnage de la plus haute importance à travers le récit des circonstances de sa naissance.

Son apparition est liée à des situations fortement contrastées : l'enfant qui va grandir et devenir le prophète idéal Samuel est l'inverse du prêtre Eli qui tolère, sans réagir, les comportements inadmissibles de ses fils.

De même, les détails du récit nous montrent que Samuel a été consacré à Dieu en tant que "nazir" pour une existence marquée par des signes tels que l'engagement de ne pas se couper les cheveux (Juges 13 et suivants), de s'abstenir de boissons fermentées (Nombres, 6 1 - 21 et Juges, 13, 5. 7).

Cette consécration, accomplissement d'un voeu, avec ses engagements, est prise devant le Seigneur selon les normes prévues et indiquées en Nombres, 15, 8 - 10.

D'autre part, la répétition de jeux de mots en hébreu (s-' - l) ou (sa' ûl) sur le verbe "demander" (versets 20 et 27) "être donné" (verset 28) semble renvoyer à une tradition touchant le roi Saül, dont le nom signifie "demandé", lui-même également consacré au Seigneur. Si bien que l'on s'accorde à situer ce récit de la naissance de Samuel dans un contexte où se croisent deux traditions, l'une concernant le sanctuaire de Silo et le prêtre Eli, l'autre liée au naziréat et à l'histoire du roi Saül.


4. PROLONGEMENT.

Cette démarche d'Anne se termine par le cantique qui est ensuite mis sur ses lèvres (1 Samuel, 2, 1 - 10), pour célébrer la victoire accordée par Dieu.

La personne qui s'exprime dans ce psaume ou cette hymne se découvre avoir été exaltée par Dieu et s'en réjouit pleinement.

Cette victoire de Dieu est signalée comme d'autant plus grande qu'elle renverse un certain nombre de situations pour les remplacer de manière contrastée : les faibles et les humbles l'emportent sur les puissants, les femmes stériles sur les fécondes, les fidèles sur les méchants qu s'appuient sur eux-mêmes.

L'asllusion à la stérilité au verset 5 de ce cantique relie cette hymne aux circonstances de la naissance de Samuel, tandis que l'allusion faite au roi au verset 10 de ce même cantiqiue annonce que la mission de ce futur prophète sera liée à l'instauration de la monarchie en Israël.

On aura remarqué que le parenté est très grande entre ce Cantique d'Anne et celui de Marie, Mère de Jésus, dans l'Evangile de l'Enfance du Christ selon la présentation que nous en donne Luc.



Seigneur Jésus,
toute l'oeuvre du salut de Dieu, que tu as menée à son accomplissement,
est remplie d'appels d'hommes ou de femmes mis à part par le Seigneur pour l'avancée de son projet,
et nous-mêmes, à la plénitude des temps, nous découvrons que, dans l'Esprit Saint que tu nous as donné,
pour que nous soyons rendus contemporains de ta mission et de ton "Heure"
à une époque déjà bien éloignée de la tienne dans le cours de l'histoire des hommes,
nous avons été choisis et appelés par Dieu à partager sa gloire et la tienne,
en ton Royaume de Vérité, de Lumière, de justice et de paix :
ouvre mes yeux aux merveilles que tu as accomplies dans mon existence,
comme dans celle de tous mes frères et de toutes mes soeurs croyants,
et fais de mes paroles, actions et autres expressions, une louange permanente
à Celui qui est, qui était et qui vient, Dieu ton Père et notre Père,
qui, par toi, et en toi, ainsi que dans ton Esprit Saint, demeure toujours "avec-nous". AMEN.
Tag(s) : #TEXTE LITURGIQUE DU JOUR et son Commentaire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :