Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DE L'EVANGILE DE LUC :


Luc 1

1.46 Et Marie dit: Mon âme exalte le Seigneur,
1.47 Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur,
1.48 Parce qu'il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse,
1.49 Parce que le Tout Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint,
1.50 Et sa miséricorde s'étend d'âge en âge Sur ceux qui le craignent.
1.51 Il a déployé la force de son bras; Il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses.
1.52 Il a renversé les puissants de leurs trônes, Et il a élevé les humbles.
1.53 Il a rassasié de biens les affamés, Et il a renvoyé les riches à vide.
1.54 Il a secouru Israël, son serviteur, Et il s'est souvenu de sa miséricorde, -
1.55 Comme il l'avait dit à nos pères, -Envers Abraham et sa postérité pour toujours.
1.56 Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois. Puis elle retourna chez elle.


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

Luc est l'auteur d'une oeuvre en deux volumes qui se suivent, et sont écrits pour être lus en suivant : l'Evangile, et les Actes des Apôtres. Luc nous est régulièrement présenté comme disciple et accompagnateur de Paul, bien que nous ne trouvions rien dans son oeuvre des grands thèmes théologiques développés dans les Epîtres de Paul.

Luc a écrit ses 2 Livres entre les années 80 et 90 de notre ère, soit plus de 50 ans après la mort de Jésus, 30 ans après les lettres authentiques de Paul, et quelque 20 ans après l'Evangile de Marc. Ce qui ne veut pas dire que les traditions qu'il reprend ne sont pas aussi anciennes que celles de ceux qui ont écrit avant lui. Cela indique toutefois qu'il s'adresse à des communautés chrétiennes déjà différentes, pour leur annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus.

Son Evangile se déroule en huit étapes :

- un Prologue (Luc, 1, 1 - 4) au destinataire de cet Evangile, un certain Théophile, dont nous ne savons rien par ailleurs, Prologue auquel fait écho le Prologue des Actes des Apôtres (Actes, 1, 1 - 5).
- un résumé de toute la Bonne Nouvelle de Jésus, en qui toutes les promesses de Dieu sont accomplies, autour du thème de son Enfance (Luc, 1, 5 - 2, 52).
- la préparation de son ministère public (Luc, 3, 1 - 4, 13).
- le ministère de Jésus en Galilée (Luc, 4, 14 - 9, 50).
- le voyage de Jésus vers Jérusalem (Luc, 9, 51 - 19, 27).
- le rejet de Jésus par Jérusalem (Luc, 19, 28 - 21, 38).
- le dernier repas de Jésus et sa mise au rang des pécheurs dans sa condamnation et son éxécution (Luc, 22, 1 - 23, 56a).
- la victoire décisive de Jésus, sa promesse de l'Esprit et son ascension (Luc, 23, 56b - 24, 53).



L'Evangile de l'Enfance de Jésus selon Luc, se déroule, sur 2 chapitres, dans la succession d'un certain nombre d'épisodes : annonciation à Zacharie, annonce à Marie, visitation de Marie à Elizabeth, naissance et circoncision de Jean Baptiste, naissance de Jésus, présentation de Jésus au Temple, Jésus perdu et retrouvé dans le Temple à l'âge de 12 ans.

Dans cet Evangile de l'Enfance du Christ, nous assistons à toute une série de déclarations importantes sur l'identité et le sens de la mission de Jésus Christ dans le plan du salut de Dieu.

L'ange Gabriel s'est exprimé sur le rôle de Jean Baptiste dans l'annonciation de sa naissance à son père Zacharie (1, 5 - 25), ainsi que sur la dignité et le rôle de Jésus, lors de son annonciation à Marie (1, 26 -38).

C'est maintenant le tour d'Elizabeth et de Marie de se prononcer sur cet enfant que porte Marie, et dont la seule rencontre a rempli Elizabeth de l'Esprit Saint, et fait tressaillir dans son sein le futur Jean Baptiste (1, 39 - 55).

Elizabeth a donc lancé son témoignage sur Jésus, qu'elle a déclaré "Seigneur", sans le connaître (1, 39 - 45). C'est maintenant le tour de Marie.


2. MESSAGE.

Le "Magnificat" de Marie nous invite à réfléchir sur les enjeux de l'activité divine dans la conception de Jésus par l'Esprit Saint. Ce "cantique" se divise en 2 stances, dont la première (1, 46 - 50) situe le rôle de Marie, et la seconde (1, 51 - 55 universalise l'expérience de Marie, pour y discerner la façon dont Dieu agit avec les femmes et les hommes que nous sommes.

Ces 2 parties ont pour thème commun l'action de grâces que Marie rend à Dieu pour ce que Dieu accomplit en faveur de l'humanité par l'enfant qui va naître d'elle.

Le regard du Seigneur s'est porté sur Marie, son humble servante : de ce fait, Marie dans sa "petitesse" va être reconnue dans le nouvel âge du salut qui commence avec Jésus, son enfant. Cette "petitesse" de Marie est ici contrastée avec la toute-puissance de Dieu, pour qui rien n'est impossible (1, 37). Car, lui seul est Saint.

Le verset 50 déclare que ce que Dieu a fait pour Marie, il le fait également pour "tous ceux qui le craignent". Ce verset 50 à la fois conclut la 1ère partie du Magnificat et ouvre la seconde.

Les 6 verbes au passé que Luc utilise, par groupes de deux, nous révèlent les actions contrastées de Dieu : il est intervenu de son bras puissant, et il a dispersé (verset 51), il a jeté bas les puissants et il a élevé les humbles (verset 52), il a comblé les affamés et renvoyé les riches les mains vides (verset 53).

Ces 6 verbes indiquent une action caractéristique de Dieu, qui a inauguré une ère nouvelle avec la conception de Jésus. En Jésus s'achèvent aussi toutes les dimensions de l'action de Dieu, qui libère, qui rend la dignité, qui comble. Et tout cela, il le fait en faveur des pauvres, à l'encontre des riches, et selon l'accomplissement de son dessein de salut, qui a commencé avec la vocation d'Abraham, et la vocation du peuple d'Israël (versets 54 - 55).


3. DECOUVERTES.

Beaucoup de versets du Magnificat ont des parallèles dans l'Ancien Testament, et particulièrement dans le Cantique d'Anne (1 Samuel, 2, 1 - 11).

On pense que Luc a utilisé un texte qui existait avant son Evangile, et a modifié la théologie du renversement des situations de ce chant révolutionnaire, en y insérant le verset 48, où Marie se situe comme l'humble servante du Seigneur, en écho à son OUI de l'Annonciation (1, 45 et 1, 38). Ce cantique se situe très bien selon l'ambiance et la tonalité de l'Evangile de Luc, qui invite souvent les riches à partager leurs richesses.

Il y a beaucoup d'hypothèses sur l'identification des riches et des pauvres qui sont visés dans ce Magnificat. On peut constater cependant que les pauvres vivent dans des conditions de "manque" qui les mettent en situation "d'ouverture" à la gratuité absolue du don de Dieu.

L'accomplissement du salut de Dieu se fait dans la "préférence" pour les opprimés, dont la mission de Jésus va effectuer le renversement de situation, en commençant par les rendre capables de recevoir la bonne nouvelle du salut, tels les bergers de Bethléem, la nuit de Noël, en 2, 6 - 20.

Si bien qu'en définitive, être "pauvre" selon Dieu n'est pas une affaire de statut social ou ethnique, mais d'attitude ouverte, non suffisante, et accueillante, au salut.


4. PROLONGEMENT.

De par son déroulement même, le cantique de Marie, en élargissant l'expérience qu'a Marie de la miséricorde de Dieu à tous les hommes et à toutes les femmes de tous les âges de l'humanité, nous inclut dans le mystère de Dieu que Marie a rencontré et auquel elle a répondu.

Chanter ce cantique attribué à Marie nous invite à nous interroger sur la qualité de notre ouverture et de notre accueil au dessein de Dieu, ainsi que sur notre rejet de toute suffisance, ou de toute trop grande sûreté de nous-mêmes.



Seigneur Jésus,
nous devrions chaque jour éprouver le désir profond de reprendre ce cantique d'action de grâces
pour l'oeuvre du salut que Dieu t'a envoyé accomplir,
et qui nous révèle le véritable sens des valeurs que Dieu accueille et favorise :
l'humilité et la pauvreté du coeur, le rejet de toute suffisance, de toute arrogance, de toute supériorité,
toutes valeurs que tu as vécues le premier en plénitude,
puisqu'en toi Dieu s'est fait pauvre pour nous permettre d'avoir part à sa qualité
de don total, de partage et d'accueil sans limite, que résume le mot "pauvreté" :
donne-moi de chanter en toute vérité ce cantique de ceux qui, comme Marie ta mère,
ont reconnu et pleinement accueilli l'action lumineuse et libératrice de Dieu
dans leur existence et leur appel à te suivre. AMEN.
Tag(s) : #TEXTE LITURGIQUE DU JOUR et son Commentaire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :