Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DE LA PREMIERE LETTRE DE JEAN :


1Jn 4:19- Quant à nous, aimons, puisque lui nous a aimés le premier.
1Jn 4:20- Si quelqu'un dit : " J'aime Dieu " et qu'il déteste son frère, c'est un menteur : celui qui n'aime pas son frère, qu'il voit, ne saurait aimer le Dieu qu'il ne voit pas.
1Jn 4:21- Oui, voilà le commandement que nous avons reçu de lui : que celui qui aime Dieu aime aussi son frère.
1Jn 5:1- Quiconque croit que Jésus est le Christ est né de Dieu ; et quiconque aime celui qui a engendré aime celui qui est né de lui.
1Jn 5:2- Nous reconnaissons que nous aimons les enfants de Dieu à ce que nous aimons Dieu et que nous pratiquons ses commandements.
1Jn 5:3- Car l'amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pesants
1Jn 5:4- puisque tout ce qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Et telle est la victoire qui a triomphé du monde : notre foi.


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

Parmi les 3 Lettres de Jean, seules la 2ème et la 3ème se disent avoir été écrites par un auteur qui se nomme "l'Ancien". Cela n'empêche pas que la 2ème Lettre de Jean partage nombre de ses idées et une grande partie de son vocabulaire avec la 1ère Lettre de Jean, qui, elle, ne porte pas dans son texte de nom d'auteur.

Beaucoup, mais pas tous, considèrent que la 1ère lettre de Jean doit être lue à la suite et en complément de l'Evangile de Jean, et doit donc pour cela être considérée comme écrite par le même auteur, que l'on pense être l'Apôtre Jean, qui se déclare, dans l'Evangile, "le disciple que Jésus aimait".

Indépendamment des obscurités qui demeurent concernant soit l'auteur unique, soit des auteurs multiples de l'Evangile et des 3 Lettres attribuées à Jean, ces 4 documents tirent leur origine d'une même école d'interprétation des paroles et des actions de Jésus, école que l'on nomme volontiers "la communauté du disciples que Jésus aimait".

Quant aux dates de composition de ces 4 textes, la majorité des spécialistes les situent les uns par rapport aux autres selon un ordre de composition qui correspond à la place qu'ils occupent dans le Nouveau Testament : l'Evangile, puis la 1ère Lettre , puis la 2ème Lettre, et finalement, la 3ème Lettre de Jean.

Autre constatation : dans ces 3 Lettres, surtout dans la 1ère, il est question de divisions dans la communauté, où l'on doit se séparer de ceux qui "nient que Jésus est venu dans la chair", et sont, pour cette raison, appelés "anti-christs" (1 Jean, 2, 18 - 19 et 4, 2 - 3; 2 Jean, 4, 9).

Si la 2ème et la 3ème Lettre de Jean sont, à l'évidence, des "Lettres" adressées à un ou plusieurs destinataires, la 1ère Lettre ressemble plutôt à une "homélie", difficile à structurer, mais qui se présente comme porteuse d'une message d'exhortation et d'assurance.

On peut toutefois trouver un "fil directeur" de cette 1ère Lettre en l'unifiant autour du thème de notre "communion avec Dieu", dont 3 séries de critères nous sont proposés : - nous sommes en communion avec Dieu en participant à la lumière de Dieu (dans laquelle il nous faut marcher, libérés du péché, dans l'amour et dans la foi : 1, 5 - 2, 28), - nous sommes en communion avec Dieu dans la mesure où nous sommes enfants de Dieu (par la pratique de la justice, en ne péchant pas, puis de la charité, à l'exemple du Fils de Dieu, et du discernement dans la foi : 2, 29 - 4, 6), - nous sommes en communion avec Dieu dans la réception de son amour (amour qui vient de Dieu, lui-même défini comme "Amour", et qui s'enracine dans la foi, laquelle est bien la racine de la charité : 4, 7 - 5, 12)


2. MESSAGE.

Depuis le verset 7 du chapitre 4, nous découvrons le mystère de l'amour de Dieu, qui nous est communiqué, comme critère de notre communion avec Dieu. Ce thème continue de se développer jusqu'au verset 20 de ce chapitre 4, avant qu'un second thème ne démarre avec le verset 1 du chapitre 5, pour nous montrer comment la foi dans le Fils de Dieu est vraiment à la racine de la charité.

Les 2 derniers versets, 19 et 20, du chapitre 4 résument pratiquement tout ce que la Lettre nous a appris sur l'amour : si nous nous aimons les uns les autres, c'est que Dieu nous a aimés le premier. Ce qui implique qu'on ne peut prétendre aimer Dieu, qu'on ne voit pas, sans aimer ses frères et soeurs que l'on voit.

Ensuite, dès 5, 1, nous entrons dans la synthèse finale : c'est en reconnaissant, dans la foi, que Jésus est Christ, qu'on est né de Dieu, que l'on doit donc l'aimer comme un Père, ce qui nécessite que nous aimions de la même façon nos frères et nos soeurs, également "nés" de Dieu.

Autre conséquence nécessaire de cette nouvelle naissance "de Dieu" : nous ne pouvons aimer nos frères et nos soeurs et en donner le signe, si nous n'aimons pas Dieu en obéissant à ses commandements. Nous touchons ici au coeur de notre expression chrétienne, résumée ainsi par Paul dans sa Lettre aux Galates "ce qui est efficace, c'est la foi agissant par l'amour" (Galates, 5, 6).

La foi, obéissance à Dieu, est notre manière d'aimer Dieu de tout notre coeur en gardant ses commandements. Ainsi vivons-nous vraiment en enfants de Dieu, participant par notre foi à la victoire du Christ sur le monde.




3. DECOUVERTES.

Demeurer dans l'amour n'est possible que dans la foi au Christ, qui nous a fait naître selon une existence nouvelle, dont l'expression est l'amour de Dieu et des frères.

Cette nouvelle naissance entraîne une vie de foi qui nous ouvre totalement à Dieu par le Christ, et nous fait recevoir en nous la présence de sa victoire.

Si bien que notre reconnaissance de Jésus comme Christ, pour vivre comme lui l'obéissance au Père selon la foi, et l'amour que nous avons reçu de Dieu et portons à nos frères, sont les deux marques de notre nouvelle naissance. C'est toujours le même message : aimer le Père, c'est, du même coup, aimer nos frères.

Notre victoire sur le monde est une réalité intérieure de notre nouvelle naissance, exprimée dans la foi qui reconnaît Jésus comme Christ, et reçoit de Dieu une capacité d'amour qui nous fait aimer nos frères.


4. PROLONGEMENT.

Rappel de quelques grands textes de Jésus ou de Paul sur l'amour chrétien :


Mc 12:28- Un scribe qui les avait entendus discuter, voyant qu'il leur avait bien répondu, s'avança et lui demanda : " Quel est le premier de tous les commandements ? "
Mc 12:29- Jésus répondit : " Le premier c'est : Écoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est l'unique Seigneur,
Mc 12:30- et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force.
Mc 12:31- Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas de commandement plus grand que ceux-là. "


Jn 13:34- Je vous donne un commandement nouveau : vous aimer les uns les autres ; comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres.
Jn 13:35- A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l'amour les uns pour les autres. "


Jn 15:9- Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez en mon amour.
Jn 15:10- Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez en mon amour, comme moi j'ai gardé les commandements de mon Père et je demeure en son amour
Jn 15:11- Je vous dis cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète.
Jn 15:12- Voici quel est mon commandement : vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés.


Ga 5:6- En effet, dans le Christ Jésus ni circoncision ni incirconcision ne comptent, mais seulement la foi opérant par la charité.



SEIGNEUR JESUS,
MALGRE CE QUE NOUS EN PENSONS QUELQUEFOIS, CE QUE TU ATTENDS
DE NOUS EST D'UNE EXTRÊME SIMPLICITE : QUE NOUS SOYONS OUVERTS
PAR LA FOI A TA RENCONTRE, EN TE RECONNAISSANT
COMME CHRIST ET SEIGNEUR, ET QU'AINSI L'AMOUR DE DIEU
NOUS ATTEIGNE , NOUS FASSE RENAÎTRE EN LUI, NOUS CONDUISE
A L'AIMER COMME UN PERE, EN LUI OBEISSANT,
ET A AIMER CEUX ET CELLES QUI, NE(E)S DE DIEU PAR TOI DANS L'ESPRIT SAINT,
DEVIENNENT VRAIMENT NOS SOEURS ET N0S FRERES :
DONNE-MOI DE NE JAMAIS DETOURNER CE MESSAGE EN LE COMPLIQUANT
D'INUTILES DETAILS QUI M'EN FERAIENT PERDRE LE SENS PROFOND,
ET LE REDUIRAIENT A N'ÊTRE PLUS QU'UN MOYEN DONT JE ME SERVIRAIS,
EN OUBLIANT QUE TOUT M'EST ACCORDE GRATUITEMENT
PAR GRÂCE, A ACCUEILLIR DANS LA FOI. AMEN.
Tag(s) : #TEXTE LITURGIQUE DU JOUR et son Commentaire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :