Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DU 1er LIVRE DES ROIS :

1 Rois

21 1 Voici ce qui arriva après ces événements: Nabot de Yizréel possédait une vigne à côté du palais d'Achab, roi de Samarie,
21 2 et Achab parla ainsi à Nabot: "Cède-moi ta vigne pour qu'elle me serve de jardin potager, car elle est tout près de ma maison; je te donnerai en échange une vigne meilleure, ou, si tu préfères, je te donnerai l'argent qu'elle vaut."
21 3 Mais Nabot, dit à Achab: "Yahvé me garde de te céder l'héritage de mes pères!"
21 4 Achab s'en alla chez lui sombre et irrité à cause de cette parole que Nabot de Yizréel lui avait dite: "Je ne te céderai pas l'héritage de mes pères." Il se coucha sur son lit, détourna son visage et ne voulut pas manger.
21 5 Sa femme Jézabel vint à lui et lui dit: "Pourquoi ton esprit est-il chagrin et ne manges-tu pas?"
21 6 Il lui répondit: "J'ai parlé à Nabot de Yizréel et je lui ai dit: Cède-moi ta vigne pour de l'argent, ou, si tu aimes mieux, je te donnerai une autre vigne en échange. Mais il a dit: Je ne te céderai pas ma vigne."
21 7 Alors sa femme Jézabel lui dit: "Vraiment, tu fais un joli roi sur Israël! Lève-toi et mange, et que ton coeur soit content, moi je vais te donner la vigne de Nabot de Yizréel."
21 8 Elle écrivit au nom d'Achab des lettres qu'elle scella du sceau royal, et elle adressa les lettres aux anciens et aux notables qui habitaient avec Nabot.
21 9 Elle avait écrit dans ces lettres: "Proclamez un jeûne et faites asseoir Nabot en tête du peuple.
21 10 Faites asseoir en face de lui deux vauriens qui l'accuseront ainsi: Tu as maudit Dieu et le roi! Conduisez-le dehors, lapidez-le et qu'il meure!"
21 11 Les hommes de la ville de Nabot, les anciens et les notables qui habitaient sa ville, firent comme Jézabel leur avait mandé, comme il était écrit dans les lettres qu'elle leur avait envoyées.
21 12 Ils proclamèrent un jeûne et mirent Nabot en tête du peuple.
21 13 Alors arrivèrent les deux vauriens, qui s'assirent en face de lui, et les vauriens témoignèrent contre Nabot devant le peuple en disant: "Nabot a maudit Dieu et le roi." On le fit sortir hors de la ville, on le lapida et il mourut.
21 14 Puis on envoya dire à Jézabel: "Nabot a été lapidé et il est mort."
21 15 Lorsque Jézabel eut appris que Nabot avait été lapidé et qu'il était mort, elle dit à Achab: "Lève-toi et prends possession de la vigne de Nabot de Yizréel, qu'il n'a pas voulu te céder pour de l'argent, car Nabot n'est plus en vie, il est mort."
21 16 Quand Achab apprit que Nabot était mort, il se leva pour descendre à la vigne de Nabot de Yizréel et en prendre possession.


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

Les 2 Livres des Rois nous relatent l'histoire des royaumes d'Israël et de Juda depuis Salomon jusqu'à l'exil à Babylone, c'est-à-dire depuis le milieu du 10ème siècle jusqu'au milieu du 6ème siècle. Intervalle qui correspond exactement à la période durant laquelle Israël et Juda ont été vraiment, l'un et l'autre, un Etat, au sens politique du terme, et non pas seulement le "Peuple de Dieu", qui a existé comme tel bien avant l'avènement de David qui l'avait ainsi unifié, ainsi que bien après l'exil, qui a marqué la fin de son indépendance politique. Intervalle qui est également celui d'un déclin régulier, à travers une marche historique faite de lumières et d'ombres.

Dans ces Livres des Rois, chacun des rois nous est présenté selon un schéma identique : date et âge d'avènement, longueur du règne, nom de la reine-mère (pour les rois de Juda), appréciation de son attitude face au Dieu d'Israêl. Le récit concernant chacun d'eux se conclut également de la même façon : indication de la source de renseignements utilisée concernant ce roi, mention de sa mort et de sa sépulture, nom et prise de pouvoir de son successeur.

Le thème fondamental de ces livres des Rois est que le Temple de Yahvé-Dieu à Jérusalem est le seul endroit où l'on peut légitimement adorer Dieu. Israël, le royaume du Nord, suite à la division du royaume unfié, après la mort de Salomon, a donc construit des sanctuaires schismatiques, soumis aux influences païennes.

Tous les rois d'Israêl et de Juda ne sont finalement appréciés que selon le critère du 1er commandement donné à Moïse, et concernant le culte exclusif à rendre à Yahvé, le seul et unique Dieu.

Vu l'importance de la réforme religieuse du roi Josias en 622, selon les données du Livre du Deutéronome au chapitre 12 (2 Rois, 22), on estime que toute l'histoire des rois a été ainsi relue et composée après ce règne et cette réforme de Josias.

Que ces 2 Livres des Rois aient été écrits avant ou pendant l'exil Babylonien, il n'en reste pas moins que le, ou les, auteur(s) de ces livres est, ou sont, marqué(s) par le Deutéronome ou la pensée Deutéronomiste, telle qu'elle est résumée en Deutéronome, 6,4. Leur but est de montrer à quel point l'histoire d'Israël et de Juda est à interpréter selon la relation au Dieu de l'Alliance, et comment, perçue ainsi, on la découvre conduite par Yahvé-Dieu.

Ces 2 Livres des Rois sont à aborder comme une seule oeuvre nous transmettant en 3 parties : - l'histoire du règne de Salomon (1 Rois, 1 - 11), - l'histoire synchronique des 2 royaumes du Nord (Israël) et du Sud (Juda), jusqu'à la ruine du Royaume du Nord (1 Rois, 12, 1 - 2 Rois, 17, 41), - la fin de l'histoire du royaume de Juda jusqu'à l'exil Babylonien ( 2 Rois, 18, 1 - 25, 30).

Le "Cycle d'Elie" couvre les chapitres 17, 18 et 19, du 1er Livre des Rois, ainsi que quelques passages de la fin du 1er Livre des Rois et du tout début du 2nd Livre des Rois.


2. MESSAGE.

Le message de cette page ne prend tout son sens comme Parole de Dieu qu'avec la lecture de la réaction d'Elie (au nom de Yahvé-Dieu) suite au meurtre de Naboth et au vol de sa propriété par le roi impie Achab.

A première vue la proposition d'Achab à Naboth de lui payer un juste prix pour sa vigne, ou de la lui échanger contre une vigne meilleure, paraît très honnête. Cependant Achab semble ne pas tenir compte de l'importance que représente pour Naboth (comme pour tous les Israélites) l'héritage de ses pères. Il s'agit ici bien plus que de la matérialité ou de la valeur commerciale d'échange du bien.

Achab ne mentionne pas à Jézabel cette qualité de bien hérité que représente sa vigne pour Naboth. L'état quasi déprimé d'Achab suite au refus de Naboth contraste fortement avec la résolution active et immédiate de la reine Jézabel qui prend vraiment les choses en main.

Dès lors le comportement de la reine illustre au mieux le proverbe : "qui veut la fin prend les moyens", appliqué sans la moindre restriction. Attitude qui ne recule devant aucune calomnie, aucun meurtre, et dont se rendent complices les gens faibles sollicités pour y participer à leur niveau, et qui refusent de fait de s'engager pour la vérité. Dans de telles circonstances, tous les abus deviennent possibles et il ne reste plus de place pour aucun droit de l'homme devant la "raison du plus fort".


3. DECOUVERTES.

A Yizréel les rois d'Israël avaient une résidence d'été secondaire.

Selon Nombres, 36, 7 - 9 l'héritage devait rester dans la tribu à laquelle on appartient.

Jézabel fait appel pour agir à l'orgueil masculin d'Achab, au verset 7, quand elle lui déclare : "est-ce bien toi qui est roi d'Israël ?" De ce fait elle peut se permettre d'agir en souveraine.

On fait asseoir Naboth en tête du peuple, c'est-à-dire à une place d'honneur (pour éviter tout soupçon ?)

Pour toute condamnation, et à plus forte raison pour une condamnation à mort, la Loi exigeait la déposition d'au moins deux témoins (Deutéronome, 17, 6 et 19, 15; Nombres, 35, 30). Maudire Dieu entraînait la pêine de mort (Lévitique, 24, 15 - 16), et, en faisant indirectement appel à Exode, 22, 17 qui interdit de maudire un prince de son peuple, Jézabel mettait ainsi en place un assassinat régulier et légal.

Avec recul nous constatons ici un bel exemple de conflit entre les droits des personnes et les impératifs de l'Etat. Achab s'est d'abord, semble-t-il, senti obligé de capituler devant la Loi qu'invoque Naboth pour lui résister (Lévitique 25 et Deutéronome 5, 21). Il n'empêche qu'ensuite le droit des personnes est foulé aux pieds et que la Justice ne joue pas son rôle d'arbitrage dans la découverte et le respect de la vérité. Quant à Jézabel l'Etrangère, elle ne respecte pas les principes d'éthique en vigueur en Israël, principes qu'elle ne doit d'ailleurs probablement pas connaître.

A noter que ce qui n'est ici qu'un cas particulier deviendra un principe économique appliqué à grande échelle par les classes dirigeantes un siècle plus tard : voir Isaïe, 5, 8; Amos, 2, 6 et Michée, 2, 1 - 2.


4. PROLONGEMENT.

Le grand et unique commzndement laissé par Jésus d'aimer Dieu de tout son coeur et son prochain comme soi-même, commandement qu'il nous est dit avoir présenté ailleurs sous la forme "aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés", ce commandement d'amour implique la pratique des 10 Paroles du Sinaï, comme le déclare Paul dans ses Lettres aux Romains et aux Galates :

Romains

13 8 N'ayez de dettes envers personne, sinon celle de l'amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la loi.
13 9 En effet, le précepte: Tu ne commettras pas d'adultère, tu ne tueras pas, tu ne voleras pas, tu ne convoiteras pas, et tous les autres se résument en cette formule: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
13 10 La charité ne fait point de tort au prochain. La charité est donc la Loi dans sa plénitude.
13 11 D'autant que vous savez en quel moment nous vivons. C'est l'heure désormais de vous arracher au sommeil; le salut est maintenant plus près de nous qu'au temps où nous avons cru.
13 12 La nuit est avancée. Le jour est arrivé. Laissons là les oeuvres de ténèbres et revêtons les armes de lumière

Quant à la Lettre de Jacques, elle se passe de commentaire pour sa condamnation de certaines pratiques d'enrichissement :

Jacques

5 1 Eh bien, maintenant, les riches! Pleurez, hurlez sur les malheurs qui vont vous arriver.
5 2 Votre richesse est pourrie, vos vêtements sont rongés par les vers.
5 3 Votre or et votre argent sont rouillés, et leur rouille témoignera contre vous: elle dévorera vos chairs; c'est un feu que vous avez thésaurisé dans les derniers jours!
5 4 Voyez: le salaire dont vous avez frustré les ouvriers qui ont fauché vos champs, crie, et les clameurs des moissonneurs sont parvenues aux oreilles du Seigneur des Armées.
5 5 Vous avez vécu sur terre dans la mollesse et le luxe, vous vous êtes repus au jour du carnage.
5 6 Vous avez condamné, vous avez tué le juste: il ne vous résiste pas.



Seigneur Jésus,
tu nous as dit que "celui qui fait la vérité vient à la Lumière",
et ton disciple bien-aimé a précisé, dans sa 1ère Lettre,
que "celui qui aime son frère demeure dans la Lumière" :
apprends-moi à ne jamais fuir devant la recherche de toute la vérité en tous domaines,
et à toujours essayer davantage d'aller plus loin dans l'amour que tu me demandes de manifester
à tous mes frères et soeurs en les mettant debout dans le respect de leur dignité d'images de Dieu. AMEN.
Tag(s) : #TEXTE LITURGIQUE DU JOUR et son Commentaire
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :