Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DE LA PREMIERE LETTRE DE JEAN :


5.5 Qui est celui qui a triomphé du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu?
5.6 C'est lui, Jésus Christ, qui est venu avec de l'eau et du sang; non avec l'eau seulement, mais avec l'eau et avec le sang; et c'est l'Esprit qui rend témoignage, parce que l'Esprit est la vérité.
5.7 Car il y en a trois qui rendent témoignage:
5.8 l'Esprit, l'eau et le sang, et les trois sont d'accord.
5.9 Si nous recevons le témoignage des hommes, le témoignage de Dieu est plus grand; car le témoignage de Dieu consiste en ce qu'il a rendu témoignage à son Fils.
5.10 Celui qui croit au Fils de Dieu a ce témoignage en lui-même; celui qui ne croit pas Dieu le fait menteur, puisqu'il ne croit pas au témoignage que Dieu a rendu à son Fils.
5.11 Et voici ce témoignage, c'est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils.
5.12 Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie.
5.13 Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu.


POUR RUMINER LA PAROLE :

1. SITUATION.

Parmi les 3 Lettres de Jean, seules la 2ème et la 3ème se disent avoir été écrites par un auteur qui se nomme "l'Ancien". Cela n'empêche pas que la 2ème Lettre de Jean partage nombre de ses idées et une grande partie de son vocabulaire avec la 1ère Lettre de Jean, qui, elle, ne porte pas dans son texte de nom d'auteur.

Beaucoup, mais pas tous, considèrent que la 1ère lettre de Jean doit être lue à la suite et en complément de l'Evangile de Jean, et doit donc pour cela être considérée comme écrite par le même auteur, que l'on pense être l'Apôtre Jean, qui se déclare, dans l'Evangile, "le disciple que Jésus aimait".

Indépendamment des obscurités qui demeurent concernant soit l'auteur unique, soit des auteurs multiples de l'Evangile et des 3 Lettres attribuées à Jean, ces 4 documents tirent leur origine d'une même école d'interprétation des paroles et des actions de Jésus, école que l'on nomme volontiers "la communauté du disciples que Jésus aimait".

Quant aux dates de composition de ces 4 textes, la majorité des spécialistes les situent les uns par rapport aux autres selon un ordre de composition qui correspond à la place qu'ils occupent dans le Nouveau Testament : l'Evangile, puis la 1ère Lettre , puis la 2ème Lettre, et finalement, la 3ème Lettre de Jean.

Autre constatation : dans ces 3 Lettres, surtout dans la 1ère, il est question de divisions dans la communauté, où l'on doit se séparer de ceux qui "nient que Jésus est venu dans la chair", et sont, pour cette raison, appelés "anti-christs" (1 Jean, 2, 18 - 19 et 4, 2 - 3; 2 Jean, 4, 9).

Si la 2ème et la 3ème Lettre de Jean sont, à l'évidence, des "Lettres" adressées à un ou plusieurs destinataires, la 1ère Lettre ressemble plutôt à une "homélie", difficile à structurer, mais qui se présente comme porteuse d'une message d'exhortation et d'assurance.

On peut toutefois trouver un "fil directeur" de cette 1ère Lettre en l'unifiant autour du thème de notre "communion avec Dieu", dont 3 séries de critères nous sont proposés : - nous sommes en communion avec Dieu en participant à la lumière de Dieu (dans laquelle il nous faut marcher, libérés du péché, dans l'amour et dans la foi : 1, 5 - 2, 28), - nous sommes en communion avec Dieu dans la mesure où nous sommes enfants de Dieu (par la pratique de la justice, en ne péchant pas, puis de la charité, à l'exemple du Fils de Dieu, et du discernement dans la foi : 2, 29 - 4, 6), - nous sommes en communion avec Dieu dans la réception de son amour (amour qui vient de Dieu, lui-même défini comme "Amour", et qui s'enracine dans la foi, laquelle est bien la racine de la charité : 4, 7 - 5, 12).



Avec cette page, nous touchons à la conclusion du 3ème thème développé dans cette 1ère Lettre de Jean, nous décrivant notre communion avec Dieu, et que l'on pourrait intituler : " Aux sources de notre amour et de notre foi" (4, 1 - 5. 12 ou 4, 7 - 5, 12, selon le découpage que l'on choisit).

Le beau "programme" d'une "vie en communion avec Dieu" culmine dans ce 3ème thème, où nous venons de découvrir, dans un premier temps (qui a précédé notre texte) que "l'amour vient de Dieu, qui lui-même est "amour", et s'enracine dans la confession de foi en Jésus, et, du fait même, en Dieu, en qui nous renaissons et demeurons (4, 1 - 21 ou 4, 7 - 21).

Si bien que la conclusion s'impose en quelque sorte à nous dans la 2ème partie de ce 3ème thème, où se situe exactement notre page : tout cela nous est donné à cause de Jésus Christ, Fils de Dieu que le Père nous a envoyé.

Notre foi au Fils de Dieu est donc la porte qui nous fait entrer dans le mystère total du don de Dieu. En ce sens, elle est à la racine de notre charité, c'est-à-dire de ce passage en nous de l'amour qui vient de Dieu (5, 1 - 12).



2. MESSAGE.

Cette 1ère Lettre de Jean s'adresse aux membres des communautés, qui se situent dans la tradition du "disciple que Jésus aimait", qui est à la source de notre Evangile de Jean. Les communautés connaissent maintenant des divisions et des dissidences. Certains de leurs membres les ont quittés. Maintenant que les fondateurs de la communauté et les premiers témoins ont quitté ce monde, il faut les conforter dans la foi reçue des fondateurs.

Dans cette perspective, l'auteur termine son argumentation en regroupant, en une attitude unique, trois éléments importants : l'obéissance au commandement d'amour, la foi en Jésus Christ, Fils de Dieu venu dans la chair, et la conviction que la mort de Jésus nous libère du péché et nous apporte la vie éternelle, ne font qu'un.

Cet argument nous est développé en deux temps, dont le premier nous atteste que notre foi est la victoire qui a vaincu le monde. En effet, confesser que .Jésus est Fils de Dieu et Christ Seigneur est une une victoire remportée sur le monde, victoire qui est une nouvelle naissance, et donc l'entrée dans la famille de Dieu.

Ce qui suppose que, non seulement, nous aimions Dieu en gardant ses commandements, mais que nous aimions tous ceux qui, comme nous, sont nés de Dieu, c'est-à-dire nos frères et soeurs dans la foi (5, 1 - 5).

Le 2ème temps de l'argument de notre auteur {5, 6 -12) se résume ainsi : notre foi est source de vie éternelle parce que, d'une part, elle reconnaît que Jésus est venu par l'eau et par le sang (dans son incarnation et sa mort sur la croix), et, parce que, d'autre part, elle croit au Christ, Fils de Dieu, en se basant sur le témoignage de Dieu lui-même. Dieu nous donne la vie éternelle et cette vie est en son Fils. Qui donc est attaché au Fils de Dieu reçoit cette vie en partage.




3. DECOUVERTES.

Le Christ est venu par l'eau et par le sang (verset 6). Dans l'Evangile de Jean en 1, 31 - 32, Jean Baptiste lie la révélation qu'il a eue de la "préexistence" du Christ à la descente de l'Esprit et au baptême.

Au verset 8, un 3ème témoin intervient, l'Esprit. D'autre part, la mission de Jésus est associée au don de l'Esprit {Jean, 3, 34 et 7, 38 - 39). Enfin, le verset 6 (déjà mentionné plus haut) renvoie à la scène finale du récit de la passion et de la mort de Jésus dans l'Evangile de Jean, où, du coeur de Jésus transpercé, sort du sang et de l'eau (Jean, 19, 35).

L'auteur vise ici, semble-t-il, ceux qui n'associent l'Esprit qu'à l'eau du baptême et non à la mort de Jésus sur la croix.

Que Dieu est "témoin"de Jésus, dans son identité et sa mission, est attesté dans des controverses entre Jésus et ses adversaires : voir Jean, 5, 31 - 40 et 8, 14 - 19. En outre, Dieu rend possible la réponse de la foi des croyants en Jésus {verset 11 : voir aussi Jean, 6, 44 et 10, 3 - 4), et l'Esprit répandu sur les croyants rend lui aussi témoignage à Jésus (Jean 14, 16 et 15, 26 - 27).


4. PROLONGEMENT.

C'est par tout l'événement de Jésus Christ (incarnation, histoire, paroles, gestes, engagement, mort, résurrection, don de l'Esprit) que nous sommes sauvés et entrons dans la "famille" de Dieu par une nouvelle naissance.

Dès lors, nous sommes appelés à un comportement nouveau d'obéissance à Dieu dans l'amour à son égard, qui est, en même temps, amour des frères et des soeurs qui, avec et comme nous, sont "nés" de Dieu.

Cette assimilation à la réalité de Dieu, par le Christ, dans l'Esprit, est en nous une force victorieuse de toute adversité, et se traduit en une vie de foi qui agit toujours, et en toutes circonstances, dans l'amour {Galates, 5, 6).



Seigneur Jésus,
c'est en redécouvrant l'immense portée de ton engagement
jusqu'au terme de ta mission de révélation et d'accomplissement définitif du salut de Dieu,
et c'est en nous mettant en ta présence à l'Heure où tu meurs sur la croix,
que nous pouvons comprendre l'ampleur infinie de l'amour de Dieu à notre égard,
dans la remise de nous-mêmes entre tes mains avec la confiance totale qu'implique notre foi,
qui crée en nous cette béance par laquelle l'amour de Dieu nous rejoint
et nous saisit de l'intérieur en nous configurant à ta dignité de Fils :
aide-moi à ne jamais m'écarter de cette attitude fondamentale
qui doit toujours constituer la base de mon existence de disciple marchant à ta suite,
et qui consiste à croire en toi, dans l'obéissance à la volonté du Père
et l'accueil de l'amour de Dieu, que nous avons à prolonger jusqu'à nos frères et soeurs
dont tu nous demandes d'être les serviteurs en tous temps et en tous lieux. AMEN.
Tag(s) : #TEXTE LITURGIQUE DU JOUR et son Commentaire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :